2.5: Coopération conjointe entre différents organes de coordination de l’action des ONGN et ONGI

Lire en عربي ; anglais

Personne ne conteste la nécessité pour les ONG de collaborer et de soutenir les capacités locales et les initiatives de coordination

Toutefois, les évaluations des interventions humanitaires indiquent de façon constante que le système humanitaire est loin d’atteindre ce niveau de collaboration. Le rapport intitulé « L’état du système humanitaire » indique : « L’implication des ONG nationales dans les interventions humanitaires n’a pas été soutenue efficacement. » (ALNAP (2012) L’État du système humanitaire, ALNAP) les ONGI ne considérant pas systématiquement la façon dont elles pourraient mieux coordonner leurs actions avec leurs homologues des ONG nationales. Les ONGI peuvent, au lieu de cela, se concentrer sur les partenariats opérationnels, et non sur le renforcement du rôle des ONG locales dans la prise de décision stratégique pour l’intervention humanitaire dans son ensemble. Lorsque les ONG nationales ont pu faire entendre leur point de vue, elles n’ont pas manqué de critiquer de nombreuses ONG internationales pour ces mêmes raisons. (Currion, P. (2011) Strength in Numbers: A Review of NGO Coordination in the Field, Case Study: Haiti, ICVA.)

C’est pourquoi s’il est décidé de créer des forums ONGN/ONGI distincts, il est important de mettre en place un échange d’informations communes entre ces organes. Il existe de nombreux exemples de forums de coordination séparés qui remplissent différentes fonctions, se complètent, collaborent efficacement et nouent des liens entre divers forums de coordination de l’action des ONG internationales et nationales. Ce qui est important ici n’est pas de déterminer le meilleur exemple, mais de savoir comment les ONG qui coordonnent des actions entre elles s’intègrent dans l’effort humanitaire plus large, tout en réitérant les principes d’égalité et de transparence.

Les questions ci-dessous offrent un autre moyen d’examiner le dilemme commun d’inclusion ou de la sélection des mécanismes de coordination à un certain nombre ou type d’ONG. Cela dépendra du contexte et des objectifs de la coordination des ONG et part de l’évaluation initiale des besoins ou de l’analyse des problèmes et de solutions décrites ci-dessus.

·       Est-ce que l’inclusion de certaines ONG compromet la neutralité et l’indépendance ?

·       L’impact dépend-il du consensus et de la cohésion au sein de la communauté des ONG plutôt que de l’opportunité ?

·       La coordination d’ONG a-t-elle des objectifs à court ou long terme qui dépendent de l’inclusion ?

·       Quels ont les autres impacts positifs et négatifs potentiels d’une coordination exclusive de l’action des ONG ? Comment les impacts négatifs peuvent-ils être atténués ?

 

Exemples pratiques de collaboration

Il existe un certain nombre d’exemples pratiques de collaborations ONGL-ONGN-ONGI qui impliquent un travail commun et un renforcement des capacités. Parmi ces exemples (tirés de Currion, P. & Hedlund K. (2011) Strength in Numbers: A Review of NGO Coordination in the Field, Lessons Learned , ICVA), on peut citer :

·       détacher le personnel national des ONGI au profit des initiatives naissantes ou existantes ;

·       collaborer avec d’autres institutions de la société civile, exemples : universités, instituts ;

·       appuyer les « connecteurs » ; choisir les réseaux d’ONG qui encouragent l’unité et appuyer les nouveaux réseaux d’ONG qui sont apolitiques et non confessionnels ;

·       mettre en place de manière collective des codes de conduite ou faciliter le développement de codes de conduite d’ONG locales ;

·       développer de manière collective les directives sur le bon partenariat ;

·       définir de manière collective un plan d’urgence ;

·       évaluer de manière collective les principes en matière de partenariat ;

positionnement et plaidoyer communs entre les forums d’ONG nationales et internationales.