2.3: Membres d’un organe de coordination de l’action des ONG

Lire en عربي ; anglais

Au lancement d’un organe de coordination de l’action des ONG, il peut y avoir un nombre relativement limité d’ONG impliquées, qui plus tard s’accroît. Dans d’autres cas, une décision délibérée est prise pour limiter l’adhésion à l’organe de coordination. 

Il y a de bonnes raisons de prendre une décision d’ouverture ou de limitation lorsqu’il s’agit d’adhésion à l’organe de coordination de l’action des ONG. Ces critères peuvent être les suivants :

  • l’accent de l’organe de coordination de l’action des ONG ;
  • le type d’impact et le rôle qu’il entend jouer ;
  • les attentes des membres ;
  • l’intérêt collectif ;
  • le besoin de confidentialité ou d’espace protégé. 

 

Toutefois, à moins qu’il n’y ait de la transparence quant à la teneur de ces raisons, l’organe de coordination de l’action des ONG risque d’être critiqué pour son élitisme ou sa fermeture.

 

Un processus clair et convenu sur l’adhésion et des critères transparents quant à l’adhésion d’une agence membre sont nécessaires. Certains organes de coordination élaborent un code d’engagement ou une série d’exigences pour les membres. Cela permet d’éclaircir les demandes des agences membres et leur rôle dans l’organe de coordination afin de garantir : un bénéfice accru pour les adhérents ; l’engagement de l’organisation et non des individus qui la compose ; la teneur des engagements, et la redevabilité entre les membres. Une série d’étapes et des systèmes de redevabilité mutuelle entre les membres peuvent être utiles.

 

Il peut aussi être judicieux d’envisager qu’une partie seulement des membres sont égaux, et que certaines ONG ne peuvent ou ne veulent y participer à la même hauteur. Cela peut s’expliquer par :

  • la taille de l’organisation et ses effectifs ;
  • son engagement institutionnel ou son mandat lié à la coordination ;
  • la capacité de son effectif et de son programme ;
  • son ancienneté ou sa présence dans le pays.

De nombreuses ONG choisissent d’être des membres passifs, ce qui ne constitue pas un inconvénient en soi car leur seule présence peut constituer une forme efficace de collaboration.